DIAGNOSTIC FINANCIER

 

 

Le diagnostic financier de l’entreprise impose au préalable une connaissance générale de l’entreprise et de son positionnement sur son marché sur laquelle l’analyste financier apprécier une situation favorable.

Cette connaissance préalable permettra d’enrichir l’analyse financière lors de l’analyse des états de synthèse leur ignorance peut conduire à des conclusions partielles limitées incomplètes sinon parfois erronées.

Une bonne perception de l’entreprise, de ses orientations, de son positionnement sur le marché, de ses moyens et de son organisation résultante par une connaissance globale, visé de l’entreprise. Elle devrait parler sur les principaux aspects suivants :

-historique de l’entreprise (récemment, il d’évaluation la continuité d’activité et les évolutions de métiers historiques ; d’analyser l’évolution de la forme juridique l’évolution du volume des capitaux engagés).

-organisation et ressources humaines :
*la structure organisationnelle de l’entreprise doit être commentée eu égard aux objectifs poursuivis, aux métiers et activité exercées).

*les ressources humaines de la société méritent d’être appréciées aux plans des effectifs de l'encadrement quantitatif et qualitatif, du climat social, turn-over, motivation

-localisation et moyens d’action (il s’agit d’apprécier la localisation géographique d’évaluer le potentiel de production et des moyens d’action ainsi que l’importance et la qualité des relations professionnelles, aussi le potentiel actif de l’entreprise «actif immobilisé et de son vieillissement».en fin la politique d’investissement poursuivie par rapport au niveau de croissance.)

- orientations stratégiques et objectives de l’entreprise. (La création de valeur la spécialisation et le recentrage sur les métiers dits de base la diversification et la recherche de métiers et de marchés nouveaux .la rentabilité, la croissance ou développement et la pérennité, sont les objectifs prévus.).

-besoins, sources d’approvisionnement et relations fournisseurs.

-marché et commercialisation (comprendre la stratégie commerciale dans le cadre des contingences du marché et de la concurrence est un passage oblige de l’appréciation des performances et des risques d’activité et de chiffre d’affaires de l’entreprise. Il importe en premier de comprendre les structures du CA .l’analyse du marché doit être menée aux plans de la demande et des débouchés ainsi que de l’offre et de la concurrence .enfin l’analyse de la clientèle de l’entreprise,par catégories ,localisation règlement est significatives.)

-les relations de l’entreprise avec ses partenaires financiers. (Ces relations doivent êtres dans leur globalité tant pour connaître les différents partenaires que pour apprécier les volumes et l’ampleur du soutient financiers et des engagements cumulés. Il importe d’apprécier les garanties offertes par l’entreprise en contrepartie de l’ensemble des financements obtenus)

-le dossier juridique et les documents internes annexes. (Il s’agit notamment, des rapports d’audit et de commissariat aux comptes des derniers exercices, lorsqu’ils existent ainsi que les verbeux des derniers assemblés et conseils d’administration tenus. Il s’agit aussi des principaux contrats commerciaux ou techniques ou sociaux passés par l’entreprise. (à pour objectif de marquer l’activité et la situation de l’entreprise.)).

On voit bien l’intérêt :

-pour le dirigeant : l’analyse permet de mesurer la performance de sa propre gestion, de la comparer à celle de ses concurrents directs et éventuellement de mettre en ouvre des actions correctrices. Elles permet aussi, et surtout, d’apprécier la solvabilité de ses clients (intérêt financier direct) et de ses fournisseurs (intérêt stratégique) en analysant leurs propres bilans.

-pour l’actionnaire : à pour but d’apprécier la performance et l’efficacité du dirigeant en place, au besoin pour le changer s’il ne donne pas toute satisfaction.
On connaît l’influence qu’exercent certains actionnaires institutionnels (fonds de pension, banque) sur les dirigeants des entreprises qu’ils contrôlent.

-pour le co-contractants (essentiellement les clients et les fournisseuses) :au-delà de la solvabilité immédiate du partenaire, comme ou vient de le voir, l’analyse financière va aussi permettre de mesurer le poids relatif de chacun dans la relation commerciale. Il ne faut jamais oublier que, dans la vie des affaires, il y a un enjeu permanant de rapport de forces : en tant que client, je pèse combien chez tel fournisseur ? En tant que fournisseur, quel est mon taux de pénétration chez tel client ? Les bilans des clients et des fournisseurs constituent à cet égard une mine de renseignement (ce n’est pas toujours un bon calcul : tout finit toujours par se savoir, même si c’est avec retard et, surtout, les affaires ne peuvent vivre qu’à travers une certaine transparence .l’opacité est toujours suspect).

-pour les prêteurs : il s’agira de mesurer la capacité de l’entreprise à rembourser les capitaux prêtes ou qu’ils se proposent de lui prêter. Tous les partenaires qui interviennent plus ou moins directement dans la chaîne financière : les assureures-crédit la BAM (qui attribue une cote de crédit à chaque entreprise). Les sociétés privées qui collectent les renseignements commerciaux et financiers.

-pour les salariés : rémunération, primes, mais aussi sa politique financière
Télécharger gratuitement l'application utilisée par les banquiers pour analyser la situation de l'entrepriseanalyse-financiere-2.xls analyse-financiere-2.xls

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×